Si vous rêvez depuis toujours d’écrire un roman, mais n’avez pas encore trouvé le courage de vous jeter à l’eau, alors ce livre est pour vous!

Joanna Penn est l’auteur de plus de 35 livres, dont près d’un million de copies ont été vendues dans 169 pays et en 5 langues.

Elle écrit dans des genres différents, essentiellement des thrillers et de la dark fantasy, mais elle a également produit tout un ensemble de livres pour aider les créatifs à vivre de leur art, dont celui dont je vous parle aujourd’hui : “How to Write a Novel : From Idea to Book”.

Je fais partie de ces personnes qui rêvent depuis toujours d’écrire des romans.

Je suis littéralement fascinée par la magie des histoires.

Ma bibliothèque contient une liste impressionnante d’ouvrages sur l’art du storytelling.

Je les ai bien évidemment tous dévorés, de “The Hero With a Thousand Faces” de Joseph Campbell au très célèbre “On Writing” de Stephen King, en passant par tous les autres. 😅

J’ai participé à un atelier d’écriture en France, dès que j’en ai trouvé un.

Et je suis les unes après les autres les masterclass des plus grands écrivains et scénaristes américains, dans le but de percer leurs secrets, et de les faire miens.

J’ai bien évidemment déjà plusieurs idées de romans dans mes tiroirs, dans des genres différents, destinés à être publiés sous des noms de plume différents.

Noms de code : Noir, Rouge et Bleu. 😉

Je rêve d’écrire des romans au sens classique du terme, mais aussi tout un ensemble d’histoires, plus simples au niveau du vocabulaire mais tout aussi intéressantes, à destination des apprenants en langues.

Rien ne vaut le pouvoir d’une bonne histoire pour s’immerger dans une langue et développer son vocabulaire, jusqu’au moment magique où n’importe quel contenu vous devient accessible.

 

Et pourtant, à ce jour, je n’ai toujours pas vraiment osé me lancer.

Derrière ce blocage, un nombre impressionnant de freins psychologiques, des peurs (celle du jugement surtout), mais aussi tout un ensemble d’idées préconçues sur ce qu’est être écrivain et le processus créatif.

Ce que j’ai aimé dans l’ouvrage de Joanna Penn, c’est qu’il résume parfaitement tout ce que j’ai pu apprendre sur le sujet de l’écriture d’un roman (dans la limite physique de ses 302 pages bien sûr), tout en décomplexant le lecteur sur un certain nombre de points.

Un exemple ?

Dépasser le mépris perçu de la société pour la littérature de genre et se lancer à corps perdu dans l’écriture des histoires qui nous passionnent vraiment.

Tout au long de nos études, nous avons étudié ce que l’on appelle les classiques.

Certains nous ont emportés et durablement marqués, alors que d’autres nous ont littéralement pétrifiés d’ennui.

Avez-vous eu le plaisir d’étudier un bon polar pour en dégager les ressorts dramatiques et la structure, ne serait-ce que les oeuvres d’Agatha Christie, ou des chefs-d’oeuvre de la littérature SF, comme les ouvrages d’Asimov?

Moi non.

Ces livres mythiques n’ont jamais été abordés à l’école.

Inconsciemment mais sûrement, il se créé une frontière invisible entre les ouvrages qui valent la peine d’être étudiés, et donc sans aucun doute d’être écrits (!), et les autres.

Cette idée de la “valeur intrinsèque” d’un texte imprègne le monde du livre tout entier.

Il y a les livres qui ont une “valeur littéraire”, ou une “valeur universelle”, et les autres.

Dans ces autres, il y a pourtant de véritables bestsellers vendus à des millions d’exemplaires, des chefs-d’oeuvre qui nous emportent dans des histoires étourdissantes, qui nous font oublier un quotidien morose et nous font réfléchir profondément sur le monde qui nous entoure.

Ce que Joanna écrit noir sur blanc dans son livre, j’avais besoin de l’entendre, ou de le lire :

Votre livre n’a pas à être important.

Il n’a pas à avoir de valeur universelle.

Il n’a pas à correspondre à un canon littéraire.

Il n’a pas à gagner un prix (sauf, bien sûr, si c’est ce que vous souhaitez).

Si vous écrivez un livre qui emporte votre lecteur, l’émeut, le fait vivre des aventures, lui permet de s’évader ne serait-ce qu’un instant d’une vie difficile et d’un travail qu’il déteste, alors vous avez gagné.

La qualité d’un livre se mesure avant tout au plaisir que prend votre lecteur à le lire.

Il n’y a pas d’autre métrique.

Tournez-vous vers votre propre bibliothèque, parcourrez les rayonnages et demandez-vous quels livres vous avez le plus aimé, dévoré, et ceux que vous recommandez le plus.

Ne répondez pas de manière intellectuelle.

Ne vous laissez pas influencer par ce que le monde acclame.

Posez-vous la question du genre de livres que vous aimez le plus et écrivez des histoires qui vous passionnent vraiment.

 

Cela vous parait évident? Tant mieux!

En ce qui me concerne, c’est quelque chose que j’avais VRAIMENT besoin de lire.

Tout au long de mes études et de ma carrière, j’ai été plongée dans des milieux formatés, normés, où ce qui relève de la “vraie culture” ou de la “sous-culture” est assez clairement défini, et se souligne d’un air peiné, à la limite du mépris.

C’est aussi quelque chose de très français…

La peur du jugement sur les histoires que je pourrais produire a toujours été un vrai frein.

Pas seulement la peur concernant le choix du genre d’histoires que j’allais écrire : un polar, un roman fantastique ou une oeuvre d’anticipation versus “une oeuvre littéraire à la portée universelle”…

Mais également, dans le cadre de Language Booster par exemple, la peur concernant le niveau de langage que j’allais utiliser : Si j’écris des histoires pour les apprenants du français, il va falloir être pragmatique et écrire avec un niveau de vocabulaire maîtrisé, dans un style plus dépouillé, plus direct, nécessairement plus simple.

Tout ceci est-il bien acceptable dans notre bonne société française?

Pas sûr. Ou en tout cas, nous verrons.

Car Joanna m’a donné la petite tape sur l’épaule qu’il fallait en me mettant en face d’un des nombreux choix que j’ai à faire, au seuil de l’aventure :

Rester enfermée à jamais dans la notion de ce “qui vaut la peine d’être écrit”, la valeur littéraire et l’universel, au risque de ne jamais me lancer de ma vie…

Ou accepter définitivement mon côté transgressif d’amoureuse de littérature de genre, “populaire”, ne chercher qu’à me faire plaisir, à faire plaisir à mon lecteur et écrire les histoires qui me plaisent VRAIMENT.

Je vous laisse imaginer mon choix et la route que j’ai choisi de prendre.

More on that later…

Si vous considérez écrire un roman un jour, “How to Write a Novel : From Idea to Book”, est sans aucun doute l’un des premiers ouvrages que vous devriez lire.

Aucune étape du processus créatif n’est laissé dans l’ombre.

Joanna décortique tout, donne des dizaines d’idées pour avancer à toutes les étapes de l’aventure, et partage généreusement son expérience issue de l’écriture de dizaines d’ouvrages.

Les références citées dans le livre sont autant de pointeurs que vous pourrez suivre ensuite pour creuser un point particulier et enrichir votre pratique.

Mais ce que j’ai préféré dans l’ouvrage, ce qui fait VRAIMENT la différence par rapport au contenu technique que vous pourrez trouver ailleurs sous mille formes différentes, c’est Joanna elle-même, son humilité, sa générosité et son incroyable énergie, qui vous donne envie de déposer le sac à dos de vos peurs et commencer à écrire.

Les ateliers, les masterclass, les livres de grands auteurs ont souvent un côté intimidant.

Il reste comme une barrière invisible, presque imperceptible, entre ces personnes qui ont déjà écrit et publié des romans, et nous autres, pauvres mortels, qui sommes de simples aspirants écrivains.

Je n’ai pas du tout ressenti cette barrière quand j’ai lu le livre de Joanna.

J’avais l’impression d’être avec une amie, une amie qui a déjà fait ce que je rêve de faire depuis des années, et m’explique comment m’y prendre, pas après pas, avec bienveillance, gentillesse, de vrais conseils concrets et une bonne dose d’encouragement.

Impression démultipliée par le fait que j’ai commencé par écouter le livre sur Audible, avant d’en acheter une copie papier. C’est donc la voix de Joanna, pleine de son sourire et de son énergie, qui m’a accompagnée pendant un long trajet en voiture, a fait fuir les fantômes et rallumé l’envie. ⚡

Si vous souhaitez écrire un jour, commencez par ce livre, qui pose toutes les bases de l’écriture d’un roman.

Utilisez-le pour déraciner les peurs et les craintes qui vous empêchent d’avancer.

Revenez-y si besoin, en cas de doute ou de blocage, pour reprendre un shoot de motivation.

Et surtout… écrivez !

A votre succès !

Je trouve le livre sur Amazon
How to Write a Novel : from Idea to Book – Joanna Penn ICI
The Hero With a Thousand Faces – Joseph Campbell ICI
On Writing – Stephen King ICI
Stone of Fire (Arkane Series – Book 1) – J.F. Penn ICI
Crypt of Bone (Arkane Series – Book 2) – J.F. Penn ICI
Ark of Blood (Arkane Series – Book 3) – J.F. Penn ICI

Transparence : Certains des liens figurant dans cet article peuvent être des liens d’affiliation. Si vous passez par eux pour effectuer un achat, je recevrai une petite commission, sans frais supplémentaires pour vous.

Pin It on Pinterest